Brèves
... certains blu-ray — vraisemblablement victimes d'une oxydation — s'autodétruisaient. Pour ma part, à la fin janvier, j'avais perdu 6 titres (dont certains n'avaient même pas été visionnés depuis leur achat) : Séraphine (Diaphana), Léon (Gaumont), Le 5e élément (Gaumont), Secret défense (UGC Vidéo), Ne le dis à personne (EuropaCorp), Tintin et le mystère de la Toison d'or (LCJ Éditions). C'est la fête ! Ces titres ayant été pressés par l'entreprise QOL, une procédure d'échange a eu lieu. Il suffisait d'appeler le 0800.73.69.50, de vérifier que les disques étaient bien sortis de leur usine puis de les renvoyer (sans leur boîtier) à l'adresse QOL / Opération Blu-ray / 13 avenue Louise Michel / 28500 Vernouillet. (janvier 2015)

Disponible en version française et en version originale non sous-titrée, voilà la dernière trouvaille de l'éditeur Fox France qui s'est mis en tête de vendre — au prix fort — les blu-ray de Brubaker (1980) et Photo obsession (2002) sans sous-titres français ! C'est une régression scandaleuse à laquelle on ne peut répondre que par le boycott. (juin 2014)

• Les éditeurs français, champions du monde de la francophonie
. Le film danois En kongelig affær (Nicolaj Arcel, 2012) nous arrive le 9 avril — en DVD et en blu-ray — avec le titre anglais Royal Affair. Ailleurs, le titre original a été traduit en allemand, en norvégien, en suédois, en espagnol, en portugais, en polonais, en croate, en bulgare, en grec, en turc, en hébreu... Les Québécois, eux, ont même eu l'idée insensée de préférer Liaison royale. Mais en France on est bien au-dessus de cela ! (avril 2013)

• Il y a cinq ans, une édition calamiteuse de Elle n'a dansé qu'un seul été (Arne Mattsson, 1951) paraissait en Suède. Aujourd'hui, les éditions Malavida le proposent aux cinéphile français intéressés par le cinéma nordique avec un nouveau master qui — sans être tout à fait parfait — tient plutôt bien la route. Qu'on se le dise. (novembre 2012)

• Fête à la francophonie (suite) : le diptyque suédois Jägarna (1996 et 2011) — mot qui se traduit très simplement par Les chasseurs — va bientôt sortir en France, en blu-ray, affublé des titres Hunter part 1 & Hunter part 2. On peut féliciter chaleureusement Pathé pour cette si belle contribution au rayonnement de la langue française. (mai 2012)

• Le diptyque de Jean-Paul Le Chanois Papa, Maman, la bonne et moi (1954) et Papa, maman, ma femme et moi (1956) vient d'être édité en blu-ray chez LCJ Éditions. Les deux films ont été restaurés par Gaumont et les transferts HD sont vraiment très bien. (avril 2012)

René Chateau nous propose cinq nouveaux titres : Crime et chatiment (Pierre Chenal, 1934), Sept hommes et une femme (Yves Mirande, 1936), Louise (Abel Gance, 1939), Menaces (Edmond T. Gréville, 1940) et A pleines mains (Maurice Regamey, 1960). (février 2012)

La fête à la Francophonie (suite) : le film suédois "Gränsen" (Richard Holm, 2011) — titre que l'on peut traduire littéralement par "La frontière" — aura droit le 2 novembre à une édition blu-ray française intitulée "Operation Arctic Fox" ! Titre très marketing, sans doute inspiré de "Polarfuchs", nom d'une opération germano-finlandaise lancée contre les Soviétiques en juillet 1941, très loin du lieu où l'action du film est censée se dérouler. Le "english is beautiful" a de nouveau frappé. A titre anecdotique, sachez
qu'au Royaume-Uni — où, c'est bien connu, personne ne cherche à appâter le chaland — le film est sorti tout simplement avec le titre "The border". (octobre 2011)

La France, 51e état des États-Unis ? Il faut le croire. En 2003, le film danois "Elsker dig for evigt" (Je t'aimerai éternellement, 2002) est arrivé dans nos salles avec le titre "Open Hearts". Les Allemands avaient tenté un "Für immer und ewig" (Pour toujours et à jamais), les Espagnols un "Te quierro para siempre" (Je t'aime pour toujours), mais pour la France ce fut "Open Hearts". Trois ans plus tard, un autre film danois — "Brødre" (qui se traduit littéralement par "Frères") — a eu droit à un "Brothers" d'une logique implaccable ! Puis ce fut le tour de "Efter Brylluppet" (Après le mariage, 2006) qui eut droit à un "After the wedding" directement sorti du Petit Larousse ! Pour le film "Kandidaten" (Le candidat, 2008), l'exacte traduction française fut "The candidate" ! Bien sûr, "Hævnen" (Suzanne Bier, 2010) — qui signifie "La vengeance" — vient de sortir avec un splendide Revenge sur son affiche française. Enfin, j'apprends que Mk2 Éditions se propose de nous vendre — en août prochain — le film suédois Snabba Cash (l'Argent facile, 2010... film que je vous ai présenté il y a huit mois : cliquez pour lire) avec le titre Easy Money. Pas de doute, c'est la fête à la Francophonie ! Je me demande encore pourquoi Petit Tailleur — court métrage de Louis Garrel qui vient de paraître chez Mk2 — n'a pas été édité avec le titre Little Tailor ? Au risque de ne pas faire très "djeun", je vous avoue que cette capitulation en rase campagne devant l'anglais me file le cafard. (mars 2011)

• Finalement, il n'y aura pas eu de miracle : Les Assassins du dimanche (voir la notule ci-dessous) nous est proposé dans une version recadrée, avec un master non compatible 16/9e (cliquez pour lire le test). Un grand merci à l'éditeur pour tout ce bonheur ! (mars 2011)

LCJ Éditions nous propose deux nouveaux classiques français : La Môme Pigalle (Alfred Rode, 1955) et Les Assassins du dimanche (Alex Joffé 1957). Le film d'Alex Joffé ayant été tourné en Cinépanoramic (au format 2.35), je ne saurais trop recommander la prudence aux possesseurs d'écrans larges. De fait, l'éditeur nous a montré par le passé qu'il n'hésitait pas à mettre sur le marché des dvd aux masters non compatibles 16/9e. Par ailleurs, les informations techniques figurant au verso de ses jaquettes racontant souvent n'importe quoi, la méfiance est plus que jamais de mise. J'ai tenté d'en savoir plus, en envoyant un courrier, mais je n'ai obtenu aucune réponse. (janvier 2011)

Gaumont Vidéo nous propose un bon nombre de films français jusque-là inédits dans une collection "Gaumont à la demande". Il ne s'agit pas de VOD, mais bel et bien de vrais DVD pressés. Il est ainsi possible de découvrir ou redécouvrir Toni (Jean Renoir, 1935), Hercule (Alexander Esway / Carlo Rim, 1938), Le dernier des six (Georges Lacombe, 1941), Le Val d'enfer (Maurice Tourneur, 1943), Cécile est morte (Maurice Tourneur, 1944), Lady Paname (Henri Jeanson, 1950), Les belles de nuit (René Clair, 1952), L'affaire Maurizius (Julien Duvivier, 1954), Le blé en herbe (Claude Autant-Lara, 1954), Le dos au mur (Edouard Molinaro, 1958), Les yeux de l'amour (Denys de la Patellière, 1959), La famille Fenouillard (Yves Robert, 1960), Galia (Georges Lautner, 1966), Peau d'espion (Edouard Molinaro, 1967), Le grand escogriffe (Claude Pinoteau, 1976) ou même La Vouivre (Georges Wilson, 1989)... Pour le peu que j'aie pu voir, les masters sont de bonne tenue et l'offre est une véritable aubaine. Un seul regret : les jaquettes de la collection — bardées de logos plus affreux les uns que les autres — ne sont pas très emballantes. Tous ces disques sont disponibles sur la boutique en ligne Gaumont et devraient être proposés sur des sites de e-commerce comme Amazon.fr dans un avenir plus ou moins proche. (novembre 2010)

La Compagnie Méditerranéenne de Films nous propose deux nouveaux films de Marcel Pagnol : Merlusse (1935) et Les lettres de mon moulin (1954-1967). Si le transfert de "Merlusse" déçoit un peu, celui des "Lettres de mon moulin" est très beau. (octobre 2010)

Pour elle — le polar efficace de Fred Cavayé (2008) — a été édité en blu-ray en Allemagne. Le film a été rebaptisé Ohne Schuld (qu'on pourrait traduire par "Non coupable") et le disque, comme en Suède, propose la version originale en français sans sous-titres imposés. A ceux qui seraient rebutés par l'abominable logo FSK, je signale que la jaquette est réversible. Elle est imprimée des deux côtés et présente une face sans logo. (février 2010)

France Télévisions Distribution nous propose deux éditions DVD de films de Christian-Jaque : Un de la légion (1936) et François 1er (1937). Hélas, les deux disques sont buggés. A la fin du chapitre 11, la lecture s'interrompt et le film repart de zéro. J'ai contacté l'éditeur dans l'espoir d'obtenir des exemplaires non défectueux ou un remboursement, mais je me suis fait proprement envoyer sur les roses. Vous savez ce qu'il vous reste à faire. (janvier 2010)

Pour elle, le polar efficace de Fred Cavayé (2008), a été édité en dvd en juin dernier par Wild Side Vidéo. Il est aujourd'hui possible de le voir en blu-ray. Une seule condition : le commander en Suède. Cette édition suédoise propose la version originale en français sans sous-titres imposés. Il est donc possible de la visionner comme si elle avait été éditée en France. Le test et une adresse pour le commander en cliquant sur ce lien. (septembre 2009)

L'amour en douce, sympathique comédie sentimentale d'Édouard Molinaro (1985), avec Daniel Auteuil, Emmanuelle Béart et Jean-Pierre Marielle a été édité en Allemagne en avril dernier. Hélas, sur le dvd, le film n'est proposé qu'en version allemande. A éviter donc. (août 2009)

Warner France remet le couvercle : le film 36 heures avant le débarquement (George Seaton, 1965), tourné au format Cinémascope, nous est proposé dans une version non compatible 16/9e (ne pas se fier aux indications fournies par la jaquette). Boycott ! (septembre 2008)

• Sale temps pour les possesseurs d'écran large... Après Warner France et Calysta (qui nous ont récemment servi des films en cinémascope avec des masters 4/3e), voilà que TF1 Vidéo nous propose trois Philippe De Broca — Tendre Poulet (1978), Le Cavaleur (1979) et On a volé la cuisse de Jupiter (1980) — avec des masters non compatibles 16/9e. (janvier 2008)

• Attention : Warner France (la filiale française) vient de sortir 4 westerns en cinémascope avec des masters non compatibles 16/9e ! Les titres sont : La dernière chasse, La vallée de la poudre, La ruée vers l'Ouest et l'Or du Hollandais. Il s'agit d'une bourde inacceptable, et les possesseurs de diffuseur 16/9e qui n'aiment pas qu'on les prennent pour des imbéciles se feront un devoir de boycotter ces titres. Il fut un temps où "Warner" était synonyme de qualité. Aujourd'hui, avec "Warner France" on n'est plus sûr de rien ; et c'est bien triste. (octobre 2007)

• Dans sa récente édition du Roi de Coeur (Philippe De Broca, 1966), TF1 vidéo a eu l'idée lumineuse d'utiliser une police de sous-titrage pour aveugles ou personnes mal voyantes. Les possesseurs de diffuseur 16/9e seront particulièrement pénalisés car la police est réellement énorme. En outre, pour ne rien arranger, le texte est positionné au-dessus de la bande noire inférieure. Quand il y a deux lignes, c'est un cauchemar ! Un grand bravo à l'éditeur. (août 2007)

• De qui se moque-t-on ? L'édition kiosque du Bateau d'Emile (Denys de la Patellière, 1962), film en cinémascope avec Lino Ventura et Annie Girardot, dans la collection "Légendes du cinéma français", nous est proposé avec un master 4/3e, autrement dit, pour les possesseurs de diffuseur 16/9e, cette édition est une belle "arnaque". D'autant plus "belle" que la mention "16/9e" est inscrite sur la jaquette... C'est la même chose pour une récente réédition de L'affaire Thomas Crown (Norman Jewison, 1968) chez MGM / Columbia-Tristar. La nouvelle jaquette annonce un master 16/9e, or, c'est un mensonge : on nous refourgue tout simplement l'ancienne édition 4/3e. J'ai renvoyé le disque à l'éditeur et j'ai reçu une proposition d'échange deux mois plus tard. (mars / avril / juin 2006)

• Attention, la nouvelle édition collector 2 DVD de Heat (Michael Mann), chez Warner, propose un master en tout point identique à celui de la première édition. Le bit rate moyen est même légèrement inférieur. Cette édtion s'adresse donc en priorité aux vidéophiles et cinéphiles passionnés par les "suppléments' (un disque supplémentaire dans le boîtier). (novembre 2005)

• La récente fournée de classiques français édités par René Chateau est de très bonne qualité. J'ai pu voir les titres suivants : Gas-oil, Rue des prairies, Poisson d'avril, Le diable et les 10 commandements, Des pissenlits par la racine, Retour de manivelle, Chasse à l'homme. Tous présentent des masters très propres, avec un noir & blanc de belle qualité. Une excellente nouvelle pour les fans de Gabin, De Funès, Bourvil, Michèle Morgan, Daniel Gélin, Fernandel, Jean-Paul Belmondo, Claude Rich, Jean-Claude Brialy, etc. (juillet 2005)

• Bonne nouvelle pour les amateurs de classiques américains : certains disques "zone 1" édités par Warner sont également compatibles "zone 2". Par ailleurs, ils proposent : des sous-titres français, une VF et de jolis masters... Actuellement, on signalera : The bad & the beautiful / Les ensorcelés (V.Minnelli), Young man with a horn / La femme aux chimères (M.Curtiz), Bad day at Black Rock / Un homme est passé (J.Sturges), Bullit édition spéciale (P.Yates), The Getaway (réédition ; S.Peckinpah).

• Déception ! Dans la première fournée 2005 des classiques Studio Canal, il n'y a pas que du bon... J'ai pu voir Un père tranquille (René Clément, 1946) et Manèges (Yves Allégret, 1949). Le master du "Père tranquille" est assez daté, et, si le disque annonce une restauration, le résultat n'est pas mirobolant. Pour Manèges, l'impression est nettement plus favorable. Le noir & blanc est beau, la copie plutôt propre. On regrettera juste 2 / 3 minutes de flashback présentant une image médiocre voire carrément affreuse (floue sur toute la ligne)... Dans cette fournée, l'éditeur propose également Des inconnus dans la maison (Henri Decoin), Fantôme à vendre (René Clair), Compartiment de dames seules (Christian-Jaque), Lucrèce Borgia (Abel Gance). En passant, on signalera une nouveauté assez scandaleuse : l'apparition, à la fin du générique de Manèges, sur la première image du film, du message suivant : "Restauration CNC Archives du Film - 78390 Bois d'Arcy" ! Sacrilège ! A quand l'affichage de sponsors du style Fleury-Michon ? (janvier 2005)

• Jolie édition de Crésus, film de Jean Giono (1960), avec Fernandel, par l'éditeur Ciné Génération. Copie très propre, beau noir & blanc (à quelques petits soucis de contraste près), suppléments intéressants. Espérons que les prochaines productions de ce nouvel éditeur seront du même acabit. (décembre 2004)

• Déception ! Le bon film allemand Die Brücke (Bernhard Wicki, 1959) où l'on voit un groupe d'adolescents-soldats de la Wehrmacht défendre un pont contre l'avancée des troupes alliées, a été édité dans une unique version française par un obscur éditeur (Eklipse) ! Pour le voir en version originale, il ne nous reste plus qu'à nous tourner vers le zone 1 qui la propose avec un sous-titrage anglais. Pour la France, les carottes semblent définitivement cuites. Encore une oeuvre intéressante victime des charognards de l'édition. (octobre 2004)

• Scandale ! René Chateau nous propose Le gorille vous salue bien (Bernard Borderie, 1958, avec Lino Ventura), film au format cinéma 2.35, sur un DVD à l'image non anamorphique ! les possesseurs de télévision 16/9e seront donc pénalisés (obligation de zoomer l'image avec une perte de qualité non négligeable). Aucune indication technique sur le format vidéo ne figure sur le verso de la jaquette, on ne sait donc pas à quoi s'en tenir, on tombe dans le panneau et on se met très en colère ! Un disque à boycotter ; sauf si l'on possède une télé 4/3e ! (septembre 2004)

• Le Studio Canal Vidéo nous propose Le Fauve est lâché, film de Maurice Labro (1959) avec Lino Ventura, dans la collection Série Noire. Il s'agit certainement d'un re-jaquetage de l'édition sortie en juillet 2000. L'image est plutôt moyenne. Le trait manque de finesse, certains extérieurs sont surexposés, dans certains intérieurs les visages des comédiens sont également surexposés, parfois le noir & blanc tourne au gris & gris... Un disque bien décevant ! (septembre 2004)

• Le Studio Canal Vidéo nous propose toute une série de Fernandel : Le Coq du régiment (1933), Simplet (1942), Adrien (1943), Je suis de la Revue (1950), Ali Baba et les 40 voleurs (1954), Mam'zelle Nitouche (1954), La grande bagarre de Don Camillo (1955), Le confident de ces dames (1958), La vache et le prisonnier (1959 ; en version colorisée recadrée !!!), Le grand chef (1959), Don Camillo monseigneur (1961), Don Camillo en Russie (1961), La cuisine au beurre (1963), Le voyage du père (1966), L'Homme à la Buick (1967)... Tous ces disques ne sont pas des réussites et on a pu lire ici ou là que les masters proposés étaient parfois en bien mauvais état... Pour ce qui me concerne, j'ai pu voir Le grand chef, Don Camillo en Russie et Ali Baba. Les premier et le deuxième disques proposent un très beau noir & blanc. Le troisième offre une seconde jeunesse au film avec de jolies couleurs (mais il reste une certaine quantité de petites 'impuretés et certains débuts ou fins de bobine sont plus ou moins "datés"). Cela dit, attention : j'ai eu entre les mains un exemplaire catastrophique de Don Camillo en Russie, avec d'énormes paquets de pixels à partir de la 37ème minute, des blocages, des blocs d'images sautés d'un coup et une bande son allant jusqu'à prendre dans les 5/10 secondes d'avance ! (disque testé sur trois lecteurs). Méfiance donc, il y a des fruits pourris dans cette récolte de DVD ! (septembre 2004)

• Le Studio Canal Vidéo a confié la conception des jaquettes de la collection Fernandel au "jaqueteur fou" qui s'en était déjà pris aux films de Jean Gabin. Dommage ! (septembre 2004)

• Horreur : AB éditions propose une version zone 2 de Nimitz, retour vers l'enfer avec un encodage vraiment médiocre... Préférez lui la version américaine Blue One qui est zone ALL et qui comporte des sous-titres français (septembre 2004).

• Le Studio Canal Vidéo nous propose une nouvelle fournée de classiques. On retiendra surtout Pot-Bouille (avec Gérard Philippe) et Thérèse Raquin (avec Simone Signoret) qui présentent de très beaux masters. Le nouveau Notre-Dame de Paris (avec Gina Lollobrigida et Anthony Quinn) nous laisse davantage sur notre faim. Si les couleurs sont flamboyantes, le télécinéma a trop souvent la tremblote et l'on a le sentiment d'être en présence d'un simple re-jaquetage de la première édition sortie il y a déjà quelques années. Enfin, grosse déception pour Ma femme est une sorcière (René Clair) qui présente un master à l'image mal définie, plutôt bruitée et entâchée d'imperfections. (septembre 2004)

• Amis vidéophiles, attention : les DVD de la re-sortie de Pépé le Moko (chez Studio Canal ; même master, mais DVD 5 au lieu du DVD 9 de départ) présentent un gros défaut : la piste audio est désynchronisée. Gardez vos sous donc. (juin 2004)

• La Compagnie Méditerranéenne de Films a sorti un deuxième coffret Marcel Pagnol regroupant Manon des Sources et Ugolin... Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette sortie s'est faite sans tambour ni trompette et que le disque n'a pas été très visible dans les bacs (les fans pouvaient tout de même se le procurer au compte-gouttes, et à prix d'or, à la Fnac ou dans certains magasins Virgin ; ils pouvaient également le commander sur Internet). Cela étant dit, quid de la qualité ? Mieux, aussi bien, ou moins bien que la trilogie marseillaise ? Eh bien, c'est triste à dire, mais les progrès sont loin d'être fulgurants ! Si l'image est assez bien nettoyée, plutôt très regardable (surtout sur diffuseur 50 Hz), elle n'en continue pas moins de marquer son âge, elle est parfois surexposée, voire, dans quelques cas extrêmes, carrément floue. En comparant avec des enregistrements VHS, je me suis aperçu que les versions d'avant DVD présentaient une image plus sombre (pour atténuer les problèmes de surexposition), mais l'image "débouchée" de l'édition actuelle n'en est pas pour autant plus flatteuse ! C'est d'autant plus rageant que les films ne datent plus du début des années trente, mais du début des années cinquante ! Il y a des tas de films de la même période qui présentent des masters DVD d'une très grande qualité et j'aimerais bien savoir pourquoi les Pagnol n'ont pas le privilège d'être aussi bien traités. N'existe-t-il pas de copies bien conservées de l'oeuvre pagnolesque ? Alors bien sûr, le digipack est joli (beaucoup plus joli que celui de la trilogie), les suppléments sont intéressants, mais faut-il rappeler que l'important là-dedans, c'est quand même le film. La CMF serait-elle victime du syndrome Éditions Montparnasse ? (belles boîtes collector, suppléments intéressants... mais films restaurés avec les moyens du bord et / ou mal encodés) J'aimerais bien répondre "non". Suite au prochain épisode. (juin 2004)

• Choses vues chez René Chateau. D'abord, Les disparus de Saint-Agil (Christian Jaque, 1938). Un DVD minimaliste : une page d'accueil et rien, même pas l'ombre d'un chapitre ! Le noir et blanc est bon et plutôt bien défini. Malheureusement, il n'y a pas eu de véritables restauration. On a donc, ici et là, des paquets de points blancs qui viennent un peu gâcher la fête. On a vu aussi Marie-Octobre, de Julien Duvivier (1959). Encore un DVD minimaliste : une page d'accueil et rien. On nous fait tout de même la grâce de quatre chapitres aveugles accessibles via la touche "skip". Côté noir et blanc, on n'est pas volé. Cela dit, les costumes sombres, sont bien "sombres". La définition est bonne et la copie plutôt très propre... Enfin, on signalera que les jaquettes de ces deux disques ne donnent pas la moindre info sur le format des films. Ainsi, le vidéophile ne sait pas que Marie-Octobre est au format 1.66 non compatible 16/9e. Parfois, une étrange envie nous prend d'aller tordre le cou du responsable de la division DVD de cet éditeur. (mai 2004)

Seven7 nous propose L'arme à gauche de Claude Sautet (1954), avec Lino Ventura. DVD minimaliste (menu et chapitrage) qui, au premier abord, n'inspire pas confiance. Pourtant l'image est très jolie. Beau noir et blanc, belle définition, copie en bon état. Le film est en 1.66 compatible 16/9e. (mai 2004)

Universal nous propose La Liste de Schindler (Spielberg) coupé en deux. Bientôt le même éditeur nous sortira une édition spéciale de Spartacus (Kubrick) également coupée en deux. Le coupable : les pistes audio et notamment ces fichues VF en DTS dont on se contrefout ! Nous voilà revenu à l'ère du laserdisc ! (avril 2004)

Paramount vient d'éditer The Young Sherlock Holmes (Le secret de la pyramide), de Barry Levinson (1985). Signalons pour info : que le format 2.35 indiqué par la jaquette est des plus fantaisistes ; que le format original 1.85 a été légèrement recadré en 1.76 ! (constation faite sur capture d'image) La perte d'image a beau être restreinte, on pourra s'irriter pour le principe. Les gens de Paramount montrent une fois de plus à quel point ils se moquent des cochons de payants que nous sommes. (mars 2004)

• Attention : MGM zone 1 a édité plusieurs films d'Ingmar Bergman (dont Persona, La Honte...) dans des masters recadrés (perte de plus de 10% sur tout le pourtour du cadre selon DVDBeaver). Un vrai charcutage en règle ! Décidément, cet éditeur est bien détestable !

• Les masters DVD des classiques proposés dans la collection Ciné Club Hollywood (L'ange et le mauvais garçon, Dr Jekyll et Mr Hyde, Les neiges du Kilimandjaro, Maris aveugles...) seraient absolument affreux. A éviter de toute urgence selon un des rédacteurs de DVDClassik. (janvier 2004)

Wild Side Vidéo nous propose trois films noirs du Japonais Akira Kurosawa dans la collection Les Introuvables. Le joli coffret digipack regroupe les films Chien enragé (1949), Les Salauds dorment en paix (1960) et Entre le ciel et l'enfer (1963)... Les copies présentent un bon noir et blanc, plutôt bien nettoyé, mais avec tout de même un certain nombre de menues imperfections. Chien d'enfer présente des passages couverts de mini griffures et une définition parfois hésitante ; notamment dans quelques plans larges. Les films des années 60, eux, sont plus rutilants, mais conservent un petit pourcentage d'impuretés et autres défauts (il m'a semblé apercevoir de légères mouvances sur quelques plans). Entre le ciel et l'enfer est apparemment le plus propre des trois films. Enfin, côté sous-titres, si la police choisie pour "Chien d'enfer" est idéalement discrète, celle des deux films en cinémascope ("Les Salauds..." et "Entre le ciel...") est presque aussi grosse que celle que nous inflige l'éditeur Paramount, et c'est vraiment dommage ! Mais je reparlerai du tout dans les fiches techniques à venir. (décembre 2003)

• La nouvelle édition de Monsieur Verdoux (Chaplin) chez MK2 écrase largement celle sortie chez Opening (Films de ma vie).

• La Compagnie Méditerranéenne de Films (CMF) nous propose un joli coffret digipack 4 DVD contenant la trilogie marseillaise de Pagnol : Marius, Fanny, César... Alors, bien sûr, il n'est pas facile de mettre la main dessus (en dehors de la Fnac peut-être ; et encore) ; bien sûr, les prix pratiqués — entre 80 et 65 euros — sont assez démoralisants ; mais les films — qui datent de 1931, 1932, 1936 — sont plutôt bien traités. Quoi qu'en disent les esprits chagrins (qui poussent des cris d'orfraie parce que l'image n'est pas assez restaurée à leur goût et que le son n'est pas en DTS 9.0), les DVD présentent la trilogie sous un jour plus flatteur que celui auquel nous ont habitués les fréquentes rediffusions télévisées (avril 73, avril 79, janvier 84, avril 87, mai 90, juillet 93, février 1995). Certes, l'image marque son âge, elle n'est pas toujours très nette, parfois charbonneuse, parfois un peu brûlée, parfois granuleuse. Certes, les copies n'ont pas été débarrassée de toutes les scories et autres injures du temps. Certes le son a des faiblesses (un rappel : Marius remonte aux débuts du cinéma parlant)... Pourtant, le jeu en vaut la chandelle et on a le sentiment de redécouvrir les films. Question : y avait-il moyen de mettre sur le marché des masters beaucoup plus beaux ? Mystère... En attendant, on dira sans crainte d'exagérer que ces disques ne déshonorent en rien l'œuvre de Pagnol. Les fans peuvent donc se laisser tenter. (novembre 2003)

DVDY (qui se cache aussi sous le nom d'Aventi) nous propose, avec sa collection Ciné Club, toute une série de classiques, français ou anglo-américains, dans de jolis boîtiers digipack... Côté qualité des copies et des encodages, cet éditeur n'a pas une réputation flatteuse. J'ai pu visionner : Jericho (Henri Calef, 1945) et La Marie du Port (Marcel Carné, 1949). Si l'image de "Jéricho" est vraiment vilaine, celle du Carné est convenable. Les fans de Jean Gabin et / ou de Nicole Courcel peuvent se laisser tenter. Enfin, selon un des rédacteurs de DVDClassik, le pressage de A scandal in Paris (Douglas Sirk, 1946, avec George Sanders) serait tout simplement abominable. Amis vidéophiles : prudence donc ! (octobre 2003)

René Chateau nous propose de nouveaux classiques français : Les grandes familles (Gabin), Le baron de l'écluse (Gabin), Retour à la vie (Blier, Jouvet...), Meurtres ? (Fernandel), Le repas des Fauves (Christian-Jaque). Le cru n'est pas complètement satisfaisant (voir note suivante).

• Dans la nouvelle fournée des classiques proposée par René Chateau, j'ai pu voir quatre disques : Le Baron de l'écluse, Les grandes familles, Retour à la vie et Meurtres ? Fanatiques de la restauration léchée, passez votre chemin car le nettoyage des copies n'a pas été fait de fond en comble (sauf pour "Le Baron"). Des quatre, Retour à la vie, qui date de 1949, est le plus abîmé. Il présente aussi des plans assez granuleux. A côté, Les grandes familles déçoit : on attendait un noir & blanc flamboyant et ciselé, or certains passages sont plutôt gris, d'autres présentent une luminosité à la limite de la surexposition, enfin quand on colle son nez sur l'écran on voit que l'image travaille. Meurtres ? est satisfaisant, mais il y a quand même des sautes d'image et quelques menus problèmes de définition. Le film le mieux traîté est Le Baron de l'écluse qui présente une image séduisante ! Cela dit, d'une manière générale, les transferts sont convenables : image nette et stable. J'y reviendrai dans les fiches technique. (octobre 2003)

• Les films Les grandes familles (Denys de la Patellière, 1958) et Le Baron de l'écluse (Jean Delannoy, 1960) sont vendus dans de faux boîtiers Amaray, de véritables horreurs de la marque Flexbox à la rondelle de fixation (un pivot en fait) épouvantable ! Impossible d'extraire les disque sans les tordre 10.000 fois dans tous les sens ! Le vidéophile soucieux de conserver ses DVD en bon état n'aura donc pas d'autre choix que de remplacer les boîtiers ; à ses frais bien sûr. (octobre 2003)

• Horrible : Universal nous propose La Caravane de feu (The War Wagon), film de Burt Kennedy (1967, John Wayne et Kirk Douglas) avec une nouvelle police 16/9e plutôt très laide : les lettres sont carrées et cerclées de noir ! Pourquoi tant de haine ? Quand les éditeurs finiront-ils par comprendre que le sous-titrage se doit d'être le plus discret possible ?

• Énorme déception : MGM nous sort L'Homme de Rio (Philippe de Broca, 1964) avec une jaquette pas folichonne qui dit n'importe quoi (infos techniques erronées), une copie pas restaurée, un service minimum (zéro supplément) et, surtout, un faux format 1.66 ! L'image est recadrée sur tout le pourtour du cadre ! Boycott !

• Énorme déception : La Vallée des Géants (1952, avec Kirk Douglas), édité dans la collection des Films de ma Vie présente une mauvaise image (voir critique). La Nuit des Forains (Ingmar Bergman, 1953), dans la même collection, présente de gros problèmes d'encodage. Les éditeurs visionnent-ils leurs produits ? (février 2003)

• Petite déception : Capitaine Conan (B.Tavernier), chez le Studio Canal Vidéo présente une jolie image mais de nombreux plans de ciel sont souillés par de fines stries grisâtres et on peut avoir l'impression de visionner le film à travers un pare-brise de voiture mal lavé. L'image des suppléments, elle, est impec ; un comble ! (février 2003)

• Horrible : Buena Vista nous sort Randonnée pour un Tueur (R.Spottiswoode, 1988) avec une image au format 1.77. Le format d'origine étant un 2.35, on peut se mettre en colère ! (janvier 2003)

René Château a sorti Le Capitan (André Hunebelle, 1960), Le Miracle des Loups (André Hunebelle, 1961) et Le Capitaine Fracasse (Pierre Gaspard-Huit, 1961) dans des versions non compatibles 16/9e ! Mais le pire est sans doute l'absence d'infos techniques sur les boîtiers pour avertir les acheteurs ! Boycott !

• Horrible : Retour vers le Futur II (Universal) présente une image recadrée ! L'échange est prévu en zone 1. Pour la zone 2, attendons (source CineDVD).

• Après une série décevante et particulièrement parkinsonienne, René Chateau a rectifié le tir en proposant une série de classiques bien encodés : Le Cave se rebiffe (Gilles Grangier 1961), Le Président (Henri Verneuil, 1961), Les Félins (René Clément, 1964), L'Ennemi public n°1 (Henri Verneuil, 1954) sont très bien. (novembre 2002)
-
retour
Mise à jour : janvier 2015